• 1 commentaire
  • Couverture


    votre commentaire

  • 2 commentaires
  •   Chapitre 1 : ranger, classer, retrouver ou bricoler et farfouiller ? 

    Des cartons, des ordinateurs, des classements, etc.

    Comment la technologie conçue pour ranger fabrique-t-elle du désordre ? 

    De la cybernétique à la philosophie antique pour cerner nos paradoxes 

    Clin d’œil culturel 

    En quelques mots 

    Chapitre 2 : nous simplifier la vie ou nous contrôler ? 

    Ecrire, gérer, prouver, se débrouiller, etc. 

    Comment la technologie conçue pour simplifier fabrique-t-elle du contrôle ? 

    D’une vision linéaire du monde à des approches situées 

    Clin d’œil culturel  

    En quelques mots 

    Chapitre 3 : conserver, partager ou oublier, exclure ? 

    Collaboration, convivialité, isolement, etc.  

    Comment la technologie conçue pour partager entre tous fabrique-t-elle de l’amnésie tout en s’adressant à un cercle restreint ?  

    Systèmes et reconnaissance : conflit de croyance sur la place de l’humain 

    Clin d’œil culturel  

    En quelques mots 

    Conclusion : s’écouter pour tirer parti du meilleur de la technologie 

    Auteurs 

    Illustrateurs 

    Bibliographie 


    votre commentaire
  • Que retenir ?

    L’interprétation que nous avons faite de l’histoire aide à mieux comprendre pourquoi les technologies de l’écrit, conçues pour aider à retrouver ses documents, simplifier la vie ou encore conserver et partager, favorisent paradoxalement la dispersion des documents, le contrôle, l’amnésie, voire l’exclusion des individus. Ce constat est loin d’être catastrophique puisque c’est systématiquement l’occasion de se retrouver, de discuter et d’apprendre les uns avec les autres. Le lien social reste toujours aussi puissant, même et surtout grâce à notre bricolage collectif quotidien.

    « Tu m’aimes à nouveau ? », « Bien sûr », « O merci mon Dieu ! », « Maintenant je peux à nouveau t’ignorer ! »

     Remarquons à quel point la technologie comme support d’innovation nous surprend à reproduire nos comportements à l’identique. Soyons donc modestes, en compagnie des penseurs qui ont marqué les siècles même s’ils ne sont jamais d’accord entre eux : que ce soit pour associer le « bon » au « vrai », pour confondre l’information avec la connaissance ou au contraire pour conter la force de la ruse, pour valoriser le sens que l’on donne à nos actions.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires